Avoir un site web est incontournable pour une entreprise de nos jours. Mais entre design et expérience utilisateur, il y a parfois un gouffre. Il est facile de faire des erreurs, de penser qu’une pratique ou une idée est bonne (et elle peut l’être, du point de vue pratique) alors qu’en réalité, elle sera contre-productive du point de vue utilisateur.

Nous avons donc listé pour vous 5 erreurs particulièrement fréquentes et les raisons pour lesquelles vous voudrez les éviter.

 

 

1. Le carrousel / slideshow

Ces images accompagnées de textes qui défilent sur la page d’accueil peuvent sembler attractives, esthétiques et pratiques. Mais elles sont en fait peu utiles : un carrousel ne génère que 1 à 3% de clics, dont la grande majorité est concentrée sur la première slide. Les internautes ignorent globalement les slides suivantes.

De plus, un carrousel peut s’avérer très frustrant pour un internaute : il n’a pas le temps de lire une information qu’on le force à passer à une autre slide.

Si vraiment vous tenez à placer un carrousel sur votre site, voici quelques conseils pour ne pas en faire un élément contre-productif :

  • Préférez un carrousel d’images sans texte, si possible : vous évitez ainsi le risque de frustrer l’internaute.
  • Proposez un bouton marche/arrêt pour donner le contrôle du carrousel à l’internaute.
  • Montrez la position de la slide actuelle (à l’aide d’une pagination) pour permettre à l’internaute de se repérer dans le carrousel.

 

2. Les pop-ups

Que ce soit pour une pub, une annonce spéciale ou une demande de souscription à une newsletter, les pop-ups frustrent, énervent et incitent les internautes à fermer la page.

Les internautes sont tellement habitués à cette pratique que la plupart ferment les pop-ups instinctivement, sans même lire ce qu’elles contiennent.

Si vous voulez faire apparaître un message en particulier à vos internautes, préférez donc un encart qui coulisse sur un côté. Plus discret, moins encombrant et clairement moins intrusif, ce type d’encart sera bien mieux accueilli.

 

3. Les headers et footers fixes

Il est normal de vouloir proposer un menu principal fixe : cela veut dire qu’il restera visible en toutes circonstances, où que soit l’internaute sur votre page.

Mais faites attention à ne pas placer un menu principal (en en-tête, en header) ET un footer fixes. Cela donnera l’impression d’un site fermé, qui prend au piège, qui étouffe.

C’est d’autant plus problématique pour les mobinautes (qui visitent votre site de leur smartphone).

Si un menu principal fixe peut avoir son utilité, évitez donc de le cumuler avec un footer fixe.

 

4. Le scroll infini

De façon générale, il est contre-indiqué de déclencher sur un site une action que l’internaute n’a pas explicitement demandée. Charger une page au fur à mesure qu’on descend dessus (et donc provoquer un scroll infini) fait partie de ces pratiques que l’internaute n’a pas demandé.

On peut trouver cela pratique : la page charge au fur et à mesure, elle s’affiche donc plus vite. Et puis, Facebook utilise parfaitement le scroll infini et c’est justement ce qui fait qu’on y reste des heures.

C’est vrai. Mais Facebook est un réseau social et ne peut pas être comparé au site d’une marque. Et si un internaute peut persister quelques instants sur un scroll infini, il risque de très vite se lasser, se dire qu’il n’y aura jamais de fin à votre page, et partir.

Autre élément gênant avec cette pratique : la barre de défilement, sur le côté de la page, indique à l’internaute où il se trouve sur la page, et à quel point ladite page est “longue”. Le scroll infini fait mentir cet indicateur puisque la page se rallonge au fur et à mesure qu’on l’explore.

Enfin, côté référencement naturel, c’est aussi une mauvaise pratique : le contenu est caché aux yeux de Google (puisqu’il n’apparaît pas de prime abord sur la page) et sera donc mal référencé.

 

5. La musique automatique

Ou une vidéo. En fait, tout média qui se lance tout seul sur vos pages est à proscrire. L’internaute n’a pas demandé à écouter telle musique ou à voir telle vidéo. Son premier réflexe sera sûrement de faire pause. Son deuxième réflexe, de quitter la page. Il peut même passer directement à cette étape s’il prend trop de temps à repérer où est le module de musique sur la page.

On pourrait penser qu’une musique peut aider à l’ambiance d’un site. Peut-être. Reste que :

  • elle n’est pas demandée par l’internaute.
  • l’internaute ne l’aimera peut-être pas et partira à cause d’elle.
  • l’internaute écoute peut-être déjà sa propre musique (votre musique viendra donc le frustrer et peut facilement laisser une mauvaise empreinte sur sa mémoire).
  • la musique peut détourner l’internaute de votre site.

En fait, on pourrait comparer un média qui démarre automatiquement à une personne dans le métro qui écoute sa musique au volume maximum. Gêne, frustration, colère, impression d’intrusion sont autant de sentiments (et de ressentiments !) qu’une telle pratique peut provoquer.

Si vous voulez tout de même animer votre site avec des musiques ou des vidéos, faites-le mais sans lancement automatique : ce sera à l’internaute de cliquer si le contenu l’intéresse. Toujours proposer, ne jamais imposer.

 

Nous espérons que ces 5 pratiques vous aideront à mieux cerner la cible de votre site web et ses attentes.

Cédric P.

Cédric met en œuvre son expertise en rédaction web et en Community management pour aider les TPE à émerger sur le web. Il est spécialisé en Content marketing et possède la certification Inbound marketing.

Restons en contact

Restons en contact

Des infos pertinentes, des idées, pas de spam, laissez nous votre mail.

Inscription confirmée, merci!